samedi 12 août 2017

Martyrs 
Livre I
  de Oliver Peru

« Kassis n'avait jamais vu un homme pareil. Irmine, le plus jeune, semblait fait de glace, un homme déjà accompli, pétri de certitudes silencieuses. Il était pourtant à peine plus vieux qu'elle. Kassis n'avait échangé que quelques phrases avec lui, elles étaient toutes à son image : claires, brèves et sans chaleur. Irmine ne parlait pas, ne souriait pas, ne riait pas, il ne protégeait aucun secret, il était un secret. »


Résumé :

« Irmine et Helbrand, deux frères assassins, descendants d'un ancien peuple guerrier, vivent dans les ombres de la plus grande cité du royayme de Palerkan. Alors qu'ils se  croient à l'abri des persécutions dont on souffert leurs ancêtres, leur passé sanglant les rattrape, sous les traits d'un borgne qui semble nourrir pour eux de sombres projets. Et tandis que la guerre menace d'embraser le monde, que les puissants tissent de noires alliances, ils vont devoir choisir un camp. 
Leur martyre ne fait que commencer... »

Mon Avis:

Alerte ! Gros coup de ❤

Ce premier tome de la trilogie Martyrs a été une merveilleuse découverte littéraire ! 
Tout m'a plu dans ce roman de fantasy. L'univers si riche, si foisonnant qu'il nous donne envie de replonger à l'intérieur à peine de les dernières lignes lues. Les personnages, attachants, profonds, détestables, mystérieux, troublants et l'intrigue absolument parfaite. Rien ne m'avait préparé aux surprises des dernières pages. Et des surprises il y en a quelques uns ! Je n'avais rien vu venir ! Rien !

Ce roman raconte l'histoire de deux frères Aserkers, Irmine et Helbrand. Les deux jeunes hommes ont un caractère complètement différent mais leur lien de sang les unis contre tout et tous. Ils n'ont foi qu'en eux deux. Jusqu'à ce que leur quotidien se retrouve bouleversé et qu'ils soient contraints de protéger la Dame de leur Cité. Kassis.
La jeune femme, faible et influençable aux premiers abords, cache un caractère fort et fier. De page en page elle va se révéler et s'affirmer. 
Si Irmine parait le plus renfermé des deux frères, son caractère va également évoluer au fil de l'histoire. 

On suit également les personnages du Roi Karmalys et de Cavall l'Ogre de l'Ouest. Chacun apporte à ce roman une richesse supplémentaire. Ils font avancer l'intrigue en permettant de l'approcher de plusieurs points de vue et de comprendre ses rouages en même temps qu'eux. 

Étonnamment, il ne s'agit pas d'un livre que l'on dévore. Sans comprendre pourquoi, j'ai été incapable de le lire aussi vite que je le souhaitais. Peut-être parce qu'il s'agit tout simplement d'un roman de fantasy que l'on doit savourer. 
L'écriture d'Olivier Peru est merveilleuse et enchanteresse. Il nous plonge en Palerkan en quelques mots. Il nous attache à ses héros, il nous fait vibrer pour eux et il nous laisse à la fin de ce premier tome avec un insatiable besoin de connaître la suite. 

Pour les amoureux de fantasy, je ne peux que vous conseiller ce livre. Cet auteur français rivalise avec succès avec les grands noms étrangers du Fantasy. Pour tout vous dire, j'ai toujours placé tout en haut de mon palmarès la série de Robin Hobb : L'Assassin Royal. Je pense aujourd'hui que cette place est largement disputée avec Martyrs. 


❤ Mon plus gros coup de coeur de l'année 2017 

mercredi 26 juillet 2017

✨ Sherlock 
Une Etude en Rose
  Manga de Jay Kurokawa

« - Je ne suis pas un psychopathe... Je suis un sociopathe hautement fonctionnel !»


Résumé :

« Rapatrié d'Afghanistan à cause d'une blessure et de troubles psychologiques, le Dr Watson retrouve un vieil ami de l'époque de la faculté de médecine qui lui présente son futur colocataire. D'un seul coup d'oeil, cette personne devine qu'il s'agit d'un médecin militaire de retour du Moyen-Orient, qu'un de ses proches est victime d'alcoolisme ou encore qu'il est suivi par un thérapeute. Le nom de ce colocataire ? Sherlock Holmes. »

Mon Avis:

Il s'agit là d'une adaptation de la série télévisée du même nom en version manga. Et c'est une vraie réussite !
Les dessins sont magnifiques et le scénario suit totalement celui du premier épisode de la saison un. Les dialogues sont pratiquement les mêmes mot pour mot ! Mais c'est loin d'être un problème, puisque j'ai dévoré ce premier tome avec autant de plaisir que tous les épisodes de la série, même s'il n'y avait plus de suspens pour moi puisque je connaissais déjà la fin ! 

Ce manga est en grand format ce qui permet d'apprécier encore plus le travail et le talent de dessinateur de Jay Kurokawa. Il reproduit, avec une précision étonnante, les expressions et mimiques de Dominic Cumberbatch et de Martin Freeman.

L'enquête est la même que celle écrite par Sir Arthur Conan Doyle à ceci près que l'histoire se déroule à notre époque. 
Sherlock est toujours aussi fou, drôle, excessif et exaspérant mais tellement attachant. Dans ce tome, il fait la connaissant du Dr Warson tout juste revenu de la Guerre et qui cherche un endroit où loger. Il va trouver en Sherlock un colocataire original et grâce auquel il va vivre des aventures extraordinaires. 

Ce tome et ce format permettront je pense à un plus grand nombre de découvrir ce duo atypique, bourré d'humour et de scènes cocasses. 
J'émet juste un petit bémol concernant la suite : ce premier tome est la copie conforme du premier épisode de la série, j'espère que les tomes suivants ne reproduiront pas le même schéma. D'autant que de par son grand format, ces mangas sont tout de même assez onéreux. Donc j'espère que l'on aura droit à de nouvelles enquêtes originales !

Ce fut un vrai plaisir de retrouver les héros de cette série que j'ai particulièrement adoré ! 
Un vrai coup de coeur pour les dessins qui sont vraiment magnifiques

mardi 25 juillet 2017

✨ 22/11/63 
  de Stephen King


Edition : Livre de Poche
Résumé :
«22 novembre 1963 : 3 coups de feu à Dallas.

Le Président Kennedy s'écroule et le monde bascule.
Et vous, que feriez-vous si vous pouviez changer le cours de l'histoire ?

2011. Jake Epping, jeune professeur au lycée de Lisbon Falls dans le Maine, se voit investi d'une étrange mission par son ami Al, patron du diner local, atteint d'un cancer. Une "fissure du temps" au fond de son restaurant permet de se transporter en 1958 et Al cherche depuis à trouver un moyen d'empêcher l'assassinat de Kennedy. Sur le point de mourir, il demande à Jake de reprendre le flambeau. Et Jake va se trouver plongé dans les années 60, celles d'Elvis, de JFK, des grosses cylindrées, d'un solitaire un peu dérangé comme Lee Harvey Oswald, et d'une jolie bibliothécaire qui va devenir l'amour de sa vie. Il va aussi découvrir qu'altérer l'Histoire peut avoir de lourdes conséquences...

Une formidable reconstitution des années 60, qui s'appuie sur un travail de documentation phénoménal. Comme toujours, mais sans doute ici plus que jamais, King embrasse la totalité de la culture populaire américaine.»

Mon Avis:

A priori, ce roman sur l’assassinat de John F. Kennedy avait tout pour me plaire ! Les soupçons de complot entourant cet événement, la plume de Stephen King et cette brillante idée de remonter le temps pour changer le passé. Tout semblait presque parfait !
Sauf que ce fut loin d’être le cas !
Et ce livre est, pour moi, une profonde déception.
Je suis pourtant cliente des romans de Stephen King, il a un style particulier et bien à lui mais cela ne m’avait pas gêné à la lecture de Salem par exemple. Mais dans 22/11/63, le problème ne réside pas dans son style mais clairement dans l’histoire.

Comment peut-on publier un résumé pareil, aussi alléchant et attirant, et avoir après ça un roman d'un ennui mortel, si loin de l'intrigue à laquelle on s'attend ?
Et l’ennui, sans exagérer, c’est sur les trois quart du livre ! Un livre qui compte tout de même 1044 pages !

Les deux cent premières pages sont pourtant, très intéressantes. La mise en place de l’intrigue nous tient en haleine. On a hâte de savoir ce qui va arriver à Jake Epping, on veut savoir qu’elle décision il va prendre et, jusqu’à son premier voyage, tout se passe plutôt bien dans la lecture. On plonge dans l’Amérique des années 50-60 et le soin apportait aux détails est très agréable et vraiment très poussé. On sent que Stephen King s'est énormément documenté et qu'il a voulu recréer les villes d'alors pour nous donner l'impression d'y être.

Mais pour moi il y a clairement 500 pages de trop ! Sans rien dévoiler sur l’intrigue, rappelons que l’assassinat de John F. Kennedy a eu lieu, comme le titre du livre l’indique, le 22 novembre 1963, sauf que le héros remonte le temps grâce à une faille spatio-temporelle programmée au 9 septembre 1958 ! Et l’auteur ne nous épargne pas les semaines, les mois et les années de patience de Jake alias George Amberson.

Le premier voyage permet à Jake de se rendre compte des conséquences que provoque son intervention dans le passé . On patiente avec lui jusqu’à la fin du mois d’octobre 1958. Et on patiente réellement ! Stephen King s’applique à nous raconter de nombreux (et parfois inutiles) détails de la vie de Jake durant ces deux mois. Il parvient tout de même à mettre ne place une intrigue intéressante qui nous tient accroché aux pages, mais elle est loin de celle qu’on attend réellement : l'assassinat de Kennedy.

Mais là où le roman devient clairement trop long c’est que Jake va réaliser trois voyages et à chaque fois il repartira du 9 septembre 1958. Et les cinq années qui le séparent du jour de l’assassinat du Président des Etats-Unis sont extrêmement longues… 
Et que dire des personnages trop lisses, trop fades ... Je n'ai pas du tout réussi à m'attacher à Jake, ni à Sally.

J’ai été découragé à de plusieurs reprises, j’ai même failli abandonner la lecture de ce pavé, mais je me forçais à reprendre en espérant qu’il y ait un regain les cent dernières pages ! Qu’enfin il allait évoquer le sujet de son livre, l’objet même de la photo de couverture ! Alors rassurez-vous, il l’évoque …

Et tout à fait personnellement, je n’ai pas aimé la fin. Ce livre a été une grosse déception.
Et pourtant l’idée me plaisait énormément, au point même que j’ai acheté ce pavé les yeux fermés sans chercher à lire quelques critiques.


Si vous cherchez un roman avec de l’action, sans longueur et qui traite de l’assassinat de Kennedy… surtout passez votre chemin…
😩

dimanche 16 juillet 2017

✨ Le Protectorat de l'Ombrelle 
Une Aventure d'Alexia Tarabotti
Sans Âme
  de Gail Carriger

«... Le Comte de Woosley était en effet totalement nu. Un fait qui ne semblait pas le perturber outre mesure, mais Mademoiselle Tarabotti ressentit un besoin urgent de fermer les yeux et de penser à des asperges ou à autre chose de tout aussi ordinaires...»


Edition : Livre de Poche
Publié en avril 2012
Résumé :

« Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. 
Primo, elle n'a pas d'âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui ne lui avait pas été présenté !
Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. 
Lord Maccon - beau et compliqué, écossais et loup-garou - est envoyé par la Reine Victoria pour enquêter sur l'affaire.
Des vampires indésirables s'en mêlent, d'autres disparaissent, et tout le monde pense qu'Alexia est responsable. Mais que se trame-t-il réellement dans la bonne société londonienne ? »

Mon Avis:


Les aventures de Mademoiselle Alexia Tarabotti, vieille fille de la société londonienne, sont tout simplement palpitantes ! Cette jeune femme pleine de répartie est tantôt attachante, tantôt exaspérante ! Son goût pour la mode victorienne, son attachement aux règles de bienséances et son côté paranaturel font d’elle un être tout à fait à part !
Alexia s’intéresse aux sciences, au surnaturel, elle lit beaucoup, surtout les livres de son père – pour le plus grand malheur de sa mère -  et elle cultive son caractère affirmé et son effronterie. Ce qui fait d’elle une jeune femme à la fois attirante (par son originalité dans la société mondaine de Londres) et extrêmement irritante.

L’enquête qui sert d’intrigue à ce roman est très bien mené, le suspens s’installe au fil des pages. Il faut néanmoins passer les cinquante premières pages pour véritablement entrer dans le roman. Le style est relevé et surprenant au début mais on finit par s’y habituer et à apprécier les tournures de phrases et les dialogues typiquement de l’époque.
L’intrigue mêlant la société londonienne du XIXème siècle et les créatures surnaturelles, est, étonnamment, très originale. Notamment grâce au personnage d’Alexia qui se trouve être la seule « sans âme » du sol britannique. Grâce à cette particularité, elle est capable d’annuler les pouvoirs des vampires et des loups garous d’un simple contact.

L’histoire est piquante, pleine d’humour, de romantisme et de passion. Alexia et Lord Maccon sont des personnages très attachants malgré leurs caractères impossibles ! Entre la jeune femme à l'esprit mordant et l'Alpha borné aux manières un peu rustres, les rencontres sont toujours très électriques et les dialogues n'en sont que plus divertissants. Ici, pas de mièvrerie, mais juste ce qu’il faut d’amour, de joutes verbales et d’érotisme.
Le style de l’auteur est léger et frais, ce livre est vraiment très agréable à lire. J’ai beaucoup aimé me retrouver plonger dans cette époque, avec ses codes de politesse, ses discours élégants et ses vêtements merveilleusement bien décrits. Et cela n’a été possible que grâce à la plume de Gail Carriger.


🌙 A la fin de ce premier tome, l’enquête est résolue, il n’y a pas d’intrigue en suspens nécessitant la lecture du tome suivant. On peut donc s’arrêter sur celui-ci et le refermer avec un sourire satisfait. Mais j’avoue qu’il me tarde déjà de replonger dans l’univers haut en couleur de Mademoiselle Alexia Tarabotti ! 🌙

mercredi 5 juillet 2017

✨ La Quête d'Ewilan 
L'île du Destin
  de Pierre BOTTERO

«  "Un homme se mesure au poids de ses actes, pas à la longueur de ses phrases ..." »


Edition : Livre de Poche
Genre : Fantasy/Aventure/Jeunesse 
Résumé :

« Les Sentinelles libérées, Ewilan et Salim rejoignent la Citadelle des Frontaliers avec leurs compagnons, où la jeune fille découvre la retraite du plus grand des dessinateurs.
De l'autre monde aux îles Alines, en passant par Gwendalavir, Ewilan devra affronter de nouveaux dangers, dont la redoutable Eléa Ril'Morienval, pour espérer sauver ses parents et mener à bien sa quête.»

Mon Avis:

Le groupe formé autour d’Ewilan est à nouveau sur les routes. Cette fois en direction de la Cité des Frontaliers, où la jeune fille compte s’expliquer avec Eléa Ril’Morienval, la Sentinelle à l’origine de la disparition de ses parents. On rencontre là-bas de nouveaux personnages. Siam, la sœur d’Edwin, qui est terriblement attachante. Une combattante tout aussi redoutable que son frère et au caractère bien trempée.  Ainsi qu’un être légendaire particulièrement fascinant et touchant.
L’intrigue de ce tome m’a littéralement emporté. J’ai tout adoré, du séjour dans la Citadelle au voyage sur l’Archipel des Alines.

Ce tome m’a encore plus donné l’impression de lire un conte et non un roman. Les descriptions sont simples et l’intrigue passe parfois trop vite. On aimerait en apprendre plus sur les personnages, avoir plus de détails sur les situations, sur les émotions de Camille qui, dans ce tome termine sa métamorphose. Elle n'appairait plus à mes yeux comme une jeune adolescente de 15 ans, débarquant dans un monde inconnu. J’ai parfois été désappointé par son attitude, trop autoritaire, trop « dure » pour être celle d’une adolescente. Mais il n’empêche que la magie de la Plume de Pierre Bottero fonctionne toujours. On oublie le côté "hermétique" du personnage central et notre affection dérive vers d’autres personnages, notamment sur celui de Salim qui prend une envergure étonnante, ou celui d’Elanna.

Cette trilogie mérite largement son succès et plus encore. Grâce à elle j’ai découvert l’écriture d’un auteur talentueux, qui sait faire voyager dans un monde merveilleux, même avec des phrases simples et sans fioritures. On ferme ce livre en souriant, heureux d’avoir partagé les aventures de cette bande d’amis et surtout, en souhaitant ardemment en lire d’autre !

J’ai hâte de plonger à nouveau dans l’univers de Pierre Bottero !  

❤ Auteur coup de cœur ❤
 Pamphlet contre un Vampire 
 de Sophie Jomain

« "Mais d'où tu sors toi pour croire que parce que ce pamphlet te déplaît je vais le mettre aux oubliettes ? On est en démocratie mon vieux, et la liberté d'expression ce n'est pas fait pour les chiens ! ..." »


Edition : Atelier Mosésu

Résumé :

« S'il y a bien un truc qui m'agace, ce sont les romans à l'eau de rose sauce vampire. Mais qu'ont-elles, à la fin, ces amoureuses de Dracula d'opérette ? Ça ne tourne vraiment pas rond chez elles et ça commence à bien faire; il est grand temps de rétablir la vérité : les vampires n'existent pas.
Comment ça, "et s'ils existent?" ? Eh bien, s'ils existent, je vais m'occuper de leur refaire le portait, ça changera ! Je vais jeter sur mon blog un pamphlet ; un pamphlet contre les vampires. Et si, par le plus grand des hasards, un certain Hugo Rivoire - un garçon aussi mignon qu'effrayant - décide de me faire fermer mon clapet, il trouvera à qui parler ! Parfaitement ! Sauf que mon petit doigt me dit que je risque de le regretter ...»

Mon Avis:
(... A venir ...)
 Le Cycle des Démons 
L'Homme-Rune
 de Peter V. Brett

« Arlen se mit à lire avidement et se demanda même comment il avait pu s'en passer toute sa vie ...»

Edition : Milady
Genre : Fantasy
Date de parution : 2 octobre  2009
Résumé :

« Dans le monde du jeune Arlen, dès que le soleil se couche, les démons sortent de terre et dévorent les êtres vivants. Leur seul espoir de survie est de s'abriter derrière des runes magiques. Seule une poignée de Messagers bravent la nuit pour relier les hameaux dont les habitants ne s'éloignent jamais. 
Mais lorsqu'une terrible tragédie le frappe, le jeune Arlen décide qu'il ne veut plus vivre dans la peur : il quitte sa ferme et part sur les routes en quête d'un moyen de se battre contre les démons et de les vaincre. »

Mon Avis:

Ce livre suit les histoires de trois personnages. Arlen, le fils d’un fermier de Val Tibbet qui rêve de ne plus avoir à se cacher des démons une fois la nuit tombée. Leesha, une jeune villageoise du Creux rêvant de quitter sa vie ordinaire et Rojer, un jeune orphelin, qui développe un réel talent pour  le violon et dont le rêve est de devenir Jongleur, comme son Maître.

Le tome commence avec les aventures d’Arlen, on suit ce jeune garçon dans sa vie à la ferme, on découvre ses rêves, ses peurs et les Chtoniens. Des démons qui surgissent des entrailles de la terre une fois le soleil couché. Je pensais que le roman tournerait autour de ce seul personnage et j’ai eu la surprise de découvrir Leesha et Rojer, tout aussi attachants qu’Arlen.
L’histoire de Leesha  est poignante, émouvante même. On découvre une adolescente rêvant d’un beau mariage, d’un mari aimant et d’enfants, mais face à la bêtise de celui qui lui est promis, elle changera totalement d’ambition et se révèlera, à mesure des pages, plus forte qu’on ne la croyait.
Le passé de Rojer est le plus triste. Orphelin à trois ans, il assiste à l’attaque des Démons qui tuent ses parents. Maître Arrick, un jongleur au service du Duc, élève alors l’enfant comme le sien et lui transmet ses connaissances sur le métier. Il développe un véritable don pour le violon. Don qui lui sauvera plus d'une fois la vie.
L’intrigue se déroule sur une quinzaine d’année, ce qui nous permet de voir l’évolution de leurs caractères au fil des pages.

Ce tome est une excellente surprise et pourtant il s’agit du premier roman de Peter V. Brett. Et il attaque fort ! J’ai dévoré les pages, appréciant les changements de personnage, angoissant face à leur parcours et aux épreuves sur leurs chemins. L’histoire sur les démons est vraiment intéressante, on veut en savoir plus sur eux. Mais plus que tout, on veut connaitre l’avenir d’Arlen, Leesha et Rojer. L’écriture est fluide et l’intrigue avance sans que l’on soit plongé dans des pavés de descriptions inutiles.


✧ En bref, une fois terminé, on veut lire la suite et ça, c’est déjà un signe de réussite ! ✦